Les femmes russes qui sont mariées à des étrangers parlent de leur arme secrète

Natalia Narochnitskaya, historienne de renom, parle de l'idéal féminin de la culture russe, de la tradition du 8 mars et de son attitude à l'égard du féminisme moderne. "L'homme et la femme sont différemment forts, différemment faibles et, bien sûr, se complètent magnifiquement. Elle ne doit pas être remplacée par la similitude", déclare Natalia Narochnitskaya, docteur en histoire et présidente de la Fondation pour l'étude des perspectives historiques. .

Les femmes russes qui sont mariées à des étrangers parlent de leur arme secrète

Natalia Narochnitskaya, historienne de renom, parle de l'idéal féminin de la culture russe, de la tradition du 8 mars et de son attitude à l'égard du féminisme moderne.
"L'homme et la femme sont différemment forts, différemment faibles et, bien sûr, se complètent magnifiquement. Elle ne doit pas être remplacée par la similitude", déclare Natalia Narochnitskaya, docteur en histoire et présidente de la Fondation pour l'étude des perspectives historiques. Dans une interview accordée à Business Online, elle explique pourquoi les contes de fées russes ont des héroïnes fortes et sages, comment l'État devrait aider les femmes à construire une carrière et une famille, et quelle est la menace que représente pour l'Europe le rejet libertaire des valeurs bibliques.


Natalia Narochnitskaya : "Vous choisissez - ou vous êtes une femme d'affaires qui construit sa carrière, ou vous êtes une mère de famille. Il y avait des sermons entiers sur la vie sans enfants, pour son propre plaisir.


"IL N'Y A PAS DE CONTRADICTION DANS LE CONTE DE FÉES RUSSE ENTRE LA CAPACITÉ D'UNE FEMME À ÊTRE L'ÉGALE D'UN HOMME ET SON RÔLE DE FEMME"


- Natalia Alexeïevna, vous êtes une scientifique expérimentée qui fait autorité, un personnage public, un politicien, un diplomate. Aujourd'hui, on parle beaucoup dans le monde du statut des femmes dans les affaires et en politique, et le féminisme et l'égalité des droits sont devenus l'un des thèmes centraux de l'ONU, l'agenda politique et d'information du monde. Où se situe la limite entre un soutien réellement nécessaire aux femmes et le programme parfois hypertrophié du féminisme radical contemporain ?

- Il y a certainement une telle facette. Et ce type de frontière est imperceptible au début. Aujourd'hui, cela devient déjà un défi flagrant à la nature donnée par Dieu à l'homme, à la femme et à l'homme, et cela dégénère même en certaines formes de totalitarisme de la vision du monde. Ce n'est qu'alors qu'ils saisissent et commencent à comprendre qu'il ne s'agit plus d'une lutte pour l'égalité des droits dans la société occidentale, mais d'une absurdité totalement différente. Dans les pays développés, les femmes reçoivent un salaire égal pour un travail égal, conformément à la loi, et il n'y a pas de discrimination à l'embauche. Mais en Occident, une autre contradiction est apparue, vous choisissez - soit vous êtes une femme d'affaires qui construit sa carrière, soit vous êtes une mère de famille. Et c'est une tendance et une contradiction très dangereuses. Des sermons entiers sont parus sur le fait de vivre sans enfants, pour son propre plaisir. Par conséquent, les formes perverses du féminisme occidental me causent un profond dégoût.

- Est-il juste de dire que la Russie est un pays patriarcal ?

- Il fut un temps où les femmes étaient l'objet de la poésie, où des vies étaient sacrifiées pour elles et où leur honneur était défendu. Bien entendu, cela signifiait également que la participation des femmes à la prise de décision était limitée. Dans la culture russe, cependant, c'est un peu différent. Regardons les contes de fées. Il y a très peu de personnages féminins dignes de ce nom dans les contes de fées occidentaux ou orientaux, la femme y est généralement quelque chose de beau que le héros reçoit simplement en récompense. Le seul conte de fées européen comportant des personnages féminins forts me vient à l'esprit Hans Christian Andersen et son conte "Les 12 cygnes" où Elise sauve ses frères de manière désintéressée. Dans les contes de fées russes, il existe de nombreux personnages féminins forts et méritants. Ces femmes-guerrières sont Marya Morevna - la belle reine, les héroïnes épiques Vasilisa le Sage et Nastasia Mikulishny. Le bogatyrka Sineglazka, "dort comme le bruissement du seuil de la rivière". Une telle héroïne est capable de vaincre un homme au combat, elle le bat et lui met un "couteau de masse" sur la poitrine - mais il lui dit : "Ne serait-ce pas mieux de me prendre par mes mains blanches et d'embrasser mes lèvres sucrées ?" Et elle se transforme immédiatement en une épouse aimante et humble, fidèle, aidant en tout, puis le sauve de ses ennemis, de la captivité. Et Vasilisa le Sage est un conseiller avisé, qui pense du jour au lendemain comment Ivan le Tsarévitch peut accomplir des tâches impossibles...

C'est l'image d'une femme forte et sage, qui n'est en rien inférieure à un homme. Elle peut afficher toutes les mêmes qualités qu'un homme, mais ne s'en vante pas du tout, elle n'a pas de complexe d'infériorité si elle n'a pas à le faire. Le rôle donné par Dieu n'humilie pas du tout la femme ; la femme russe est autosuffisante. Dans le conte de fées russe, il n'y a pas de contradiction entre la capacité d'une femme à être l'égale d'un homme et son rôle de femme.

C'est la particularité de la culture russe, la combinaison de ces deux commencements, d'où naît une attitude différente face au féminisme. Dans notre pays, je pense qu'il ne devrait pas y avoir d'obstacles à l'épanouissement professionnel des femmes, mais néanmoins, nous ne devrions jamais les forcer à faire face à un dilemme - soit vous êtes une femme d'affaires, soit une épouse et une mère. 

- Comment évaluez-vous le féminisme moderne et son rôle dans l'agenda politique mondial ?

- N'oubliez pas que le féminisme fait partie d'un mouvement qui inclut également la communauté LGBT, et qu'il ne s'agit plus ici de protéger les droits des femmes, mais d'une philosophie révolutionnaire, où l'égalité des sexes est une rébellion contre la nature divine de l'homme, où le sexe d'une personne devient une construction sociale dans la vision du monde que chacun peut choisir pour lui-même. C'est pourquoi je mets en garde : tous les documents modernes qui parlent de l'égalité des sexes impliquent l'égalité de toutes les orientations de genre, pas l'égalité comprise d'un homme et d'une femme, mais l'égalité de toutes les orientations de genre.

Une telle philosophie, où chacun peut choisir son propre sexe et ses propres valeurs, brouille en fait la frontière entre le péché et la vertu. Ces concepts sont aujourd'hui presque bannis de la culture européenne - on peut même parler de libertaire plutôt que de libéral. Pourquoi alors les monologues d'Hamlet et de Macbeth, la souffrance des martyrs pour la foi, ceux qui ont donné leur vie pour la patrie, l'honneur, l'amour ? Après tout, ce sont toutes des valeurs intangibles qui distinguent les humains des animaux. Ce qui a fait la grandeur de l'Europe, ce qui a amené les autres à prendre la culture européenne comme point de référence, ce sont ses idéaux. À leur place se trouve désormais l'égalisation absolue de toute manifestation de la nature humaine, même celles qui ont toujours été considérées comme inférieures.

Bien sûr, il existe également de nombreux mouvements conservateurs en Europe, mais tous les sommets et les principaux médias occidentaux sont occupés par les libertaires, c'est-à-dire ceux qui pensent que l'homme est la mesure de toute chose et n'a besoin d'aucun système de valeurs spirituel, religieux ou national. C'est un homme du monde qui choisit ses propres valeurs et pour qui il n'y a pas de frontière entre le bien et le mal. C'est la fin de l'histoire - une histoire sans but moral. Mais il ne faut pas s'étonner qu'une telle civilisation soit envahie par des barbares et des étrangers, qui provoquent déjà des explosions et des attaques terroristes. C'est exactement ce qui est arrivé à l'Empire romain - avec tous ses thermes, ses viaducs, ses colisées, avec sa démocratie, qui était une ère en avance techniquement et scientifiquement sur ceux qui l'ont conquis. Mais dans son déclin moral et spirituel, imprégné d'hédonisme, elle est aussi tombée physiquement sous les coups d'Alaricus de Westgoth.

"Le féminisme fait partie d'un mouvement qui inclut la communauté LGBT, et ici il ne s'agit plus de défendre les droits des femmes, mais d'une philosophie révolutionnaire où l'égalité des sexes est une rébellion contre la nature divine de l'homme."


"JE NE SUIS PAS HUMILIÉ SI ON ME DONNE UN MANTEAU OU DES FLEURS."


- Que pensez-vous des exigences de tolérance, de lutte contre toute forme de discrimination, y compris à l'égard des femmes ?

- La tolérance s'est depuis longtemps transformée en une philosophie de l'indifférence au péché. Je comprends la tolérance de la manière suivante : c'est lorsque je ne jette pas un couteau sur une personne qui professe d'autres opinions, mais ne les accepte pas ouvertement. Et aujourd'hui, la tolérance s'est transformée en une interdiction totalitaire de défendre sa vision du monde et ses opinions. Par exemple, un chrétien n'a pas le droit de défendre des valeurs qui découlent directement de sa foi. Je me souviens qu'en France, il y avait une exposition dans le palais papal d'Avignon, c'est un palais qui a été détruit par les Jacobins, il y avait même des fresques renversées. En général, dans nos manuels soviétiques, les motifs de la révolution française étaient cachés. Et il y avait une photo de crucifix immergé dans de la pisse dans le pot de nuit. Il y a eu des manifestations, des protestations, mais l'exposition n'a pas été retirée. Finalement, un homme est venu et l'a écrasé avec un marteau. Qu'est-ce qui s'est passé ici ? Le public a commencé à protéger la liberté d'expression de l'artiste. Néanmoins, lorsqu'une autre fois quelqu'un a collé la photo d'un cochon sur un poteau à côté de la mosquée, la réaction a été totalement différente : tout le monde a été effrayé par la colère des musulmans et le ministre de l'intérieur a déclaré qu'il ferait tout pour attraper les criminels qui osent offenser les sentiments religieux. Mais il est possible d'offenser les sentiments des chrétiens en Occident, et c'est très triste. La philosophie de la "société ouverte" libertaire, que le féminisme radical appelle de ses vœux, est en fait une lutte contre les valeurs chrétiennes et bibliques.

La Russie, Dieu merci, en est très loin et, espérons-le, nous n'y arriverons jamais. Pour nous, il est nécessaire de protéger les droits des femmes à l'égalité de travail, au niveau de rémunération. Que l'État, là où l'entreprise ne peut ou ne veut pas s'engager, participe à la fourniture de toutes les garanties sociales pour la naissance des enfants, de sorte qu'il n'y ait pas de dilemme lorsqu'une femme perd son emploi si elle a un enfant. 

- Que comprenez-vous personnellement par l'égalité réelle ?

- Personne ne soutient que l'homme et la femme sont égaux, égaux en dignité. Le monde ne peut exister sans homme ni femme. Mais cela ne veut pas dire que nous sommes les mêmes. Nous sommes forts de différentes manières, faibles de différentes manières, et bien sûr, nous nous complétons magnifiquement. Comparer qui est plus important, c'est comme comparer ce qui est plus précieux pour la vie : l'eau ou la lumière du soleil. Ne remplacez pas cela par de la similitude.

Regardez les procès en cours à Hollywood en ce moment. S'ils parlent des mœurs du même Hollywood, où le chemin vers une carrière passe par le lit, alors bien sûr, on peut le déplorer et le condamner. Mais ce n'est pas de cela qu'il s'agit, c'est simplement de la destruction des hommes. Par conséquent, les hommes ne donnent pas leur manteau aux femmes, ils ne leur tiennent pas la porte car ils ont peur d'être accusés de harcèlement ou de les humilier. Je ne suis pas humiliée si un homme m'offre un manteau, des fleurs ou un compliment, au contraire, j'en suis très heureuse, tout comme je suis heureuse de préparer un bon dîner à un homme.

Je voudrais qu'un homme reste un homme, et je pense que dans les rêves de toute jeune fille, il y a encore des images d'un héros sur un cheval blanc, en qui on peut avoir confiance, qui vous protégera. Oui, si une femme est développée, éduquée, travaille, il n'est probablement pas si facile pour un homme de traiter avec elle, elle doit se conformer.

Mais l'essentiel chez un homme, c'est sa volonté, son esprit, son honneur, sa capacité de décision. Je suis convaincu que les femmes sont objectivement inférieures aux hommes à cet égard, car il est plus difficile pour une femme de prendre des décisions, de séparer l'essentiel de l'accessoire. En effet, nous réagissons à un nombre beaucoup plus important de stimuli à la fois et notre radar "explose". Un homme ne remarque pas les petites choses, il a la peau plus épaisse, mais il se concentre sur l'essentiel. Une femme parle à quelqu'un, et en même temps que la conversation, réagit inconsciemment au temps qu'il fait, aux meubles, à qui est entré, à une éraflure sur la table, à ce que porte l'interlocuteur, à ses cheveux. Et demander à un homme après une conversation avec une femme - quels vêtements elle portait ? Il dira - je ne sais pas, probablement dans une robe ... Mais si une femme, avec toutes ses qualités féminines et son intelligence, peut séparer le secondaire du principal, a la capacité de prendre des décisions difficiles, alors ces femmes sont tout simplement exceptionnelles. Prenez, par exemple, notre impératrice Catherine II.

Je me moque donc du raisonnement selon lequel nous sommes les mêmes. Nous sommes différents, et nous avons besoin les uns des autres pour être aussi différents !

"Je ne suis pas humiliée si on me donne un manteau, des fleurs ou un compliment, au contraire, j'en suis très heureuse, tout comme je suis heureuse de préparer pour un homme un délicieux dîner".


- Que pensez-vous de la fête du 8 mars et de la façon dont elle est perçue en Russie ?

- Bien sûr, Clara Zetkin a conçu le 8 mars comme une fête féministe. À l'époque, il s'agissait de se battre pour l'égalité des droits et pour le droit de recevoir une éducation et de réaliser ses talents... En Russie, les femmes n'étaient pas acceptées dans les universités ; en Europe, elles ne l'étaient pratiquement jamais.

Mais dans notre pays, les déformations gauchistes de cette fête ont fini par "couler" dans le traditionalisme populaire, et sa signification est devenue différente. Bien que formellement, Mars 8 à l'époque soviétique rapporté sur le nombre de femmes scientifiques, médecins, chirurgiens ou artistes, mais les hommes encore leur a donné pas "Un bref cours de l'histoire du Parti", et les fleurs, bonbons, bijoux, a remercié la famille est pour les soins des femmes. Félicitations à leurs femmes préférées, parce que c'est sa mère, sa femme, la fille aimée, la fiancée, la sœur, la fille d'à côté, en amour, que vous voulez protéger.

Aujourd'hui, il y a des conservateurs stricts, y compris des ecclésiastiques, qui disent que c'est une fête socialiste inutile. Mais je suis sûr que dans notre pays, le 8 mars a déjà été saturé d'un contenu complètement différent, et nous en sommes heureux. 

 

"JE NE SUIS PAS UNE FÉMINISTE, MAIS VOUS DEVEZ ADMETTRE QUE LA CLASSE EXPLOITÉE DANS L'URSS ÉTAIT UNE FEMME".


- Vous connaissez bien l'Europe, la culture politique européenne. Comment les valeurs libérales européennes abordent-elles le rôle des femmes dans la société et la famille, et cette approche est-elle différente de la vision russe ?

- Le dilemme qui s'est posé en Occident, lorsqu'il faut choisir entre famille et carrière, coûte déjà cher à la civilisation occidentale, qui ne voit plus naître d'enfants. Et en ce sens, la France se distingue probablement mieux par son système de protection sociale que la plupart des pays européens, car c'est le seul pays d'Europe occidentale où la population augmente, et pas seulement à cause des migrants. Si les Français de ma génération avaient chacun cinq ou sept enfants, une famille française moderne a généralement trois enfants.

Mais en Allemagne, la situation est tout autre, le taux de natalité est en baisse. Et quiconque parle des valeurs familiales est étiqueté comme nostalgique du nazisme, car Hitler a réduit le rôle des femmes à celui de mères et de femmes au foyer. Il y a quelques années, une célèbre journaliste de télévision de gauche en Allemagne a perdu son emploi, simplement parce qu'elle affirmait ouvertement que l'Allemagne ne promouvait pas assez les valeurs familiales. Elle a été malmenée et menacée. En Europe, les conservateurs sont bâillonnés, mais je reste persuadé que la plupart des Européens aimeraient encore avoir des familles et des enfants.

- Pendant l'ère soviétique, les femmes en URSS bénéficiaient officiellement de tous les droits, contrairement aux pays occidentaux. Et dans la réalité ?

- En URSS, même si, d'une part, beaucoup a été fait pour l'égalité des femmes, d'autre part, l'homme et la femme étaient deux partenaires, dont chacun n'était pas obligé de soutenir l'autre, et les salaires étaient si bas qu'il était impossible de ne pas travailler. Mais en même temps, la vie était si dure, il n'y avait pas d'aides, comme des machines à laver, que la femme du foyer avait un énorme fardeau. Et la plupart de nos hommes, contrairement aux Européens de l'Ouest, n'étaient même pas habitués à prendre soin d'eux-mêmes, et pas seulement des tâches ménagères. Ce n'est pas par hasard que l'on considérait qu'un veuf avec des enfants ne nettoyait pas la maison, les enfants n'étaient pas lavés, pas peignés... Même les chaussures n'étaient pas nettoyées et le costume n'était pas accroché dans l'armoire. Les enfants étaient principalement pris en charge par leur mère.

Je ne suis pas féministe, mais vous devez admettre que la classe exploitée était une femme. La partie du salaire du mari qui était consacrée à l'entretien des enfants ne couvrait pas la quantité de travail que la femme devait effectuer pour entretenir la maison. Mais en même temps, il faut se souvenir de la contribution de nos femmes à la culture sociale, des fêtes et des recettes qu'elles ont réussi à créer même à partir de produits bon marché. Comment ils ont reçu des invités, cuisiné, cousu, réparé, planté ! C'était un exploit quotidien, réalisé comme une évidence. Et pourtant, nos femmes russes se sont toujours efforcées de rester belles, féminines.

Et quelle contribution des femmes à la victoire dans la guerre ! Ils ont travaillé à l'arrière, dans les usines militaires, ont labouré à la place des chevaux, et combien ils ont souffert... Inclinons-nous devant eux !

- Comment l'État doit-il soutenir les femmes, prévenir la discrimination à leur égard, notamment sur le lieu de travail ?

- Lorsque j'étais membre du parlement russe, nous avons eu affaire à des cas flagrants où des employeurs, sachant que la loi les oblige à payer les femmes pour les congés de maternité et de maladie, préféraient prendre les femmes en âge de procréer pendant 11 mois comme période d'essai, afin de ne rien leur payer et de ne plus les embaucher. C'est cela qu'il faut combattre.

Mais aucune société, même riche en Occident, ne peut avoir intérêt à avoir des enfants sans mariage et sans déclin démographique. Surtout la Russie, où nous avons des problèmes démographiques évidents. Il incombe au gouvernement d'aider les femmes par tous les moyens possibles à combiner l'épanouissement professionnel et social avec la vie de famille et l'éducation des enfants.

De plus, aujourd'hui, c'est beaucoup plus facile qu'avant. Je me souviens combien la vie quotidienne d'une famille avec un bébé était difficile à l'époque, quand il n'y avait pas de couches, de nourriture pour bébé, de machines à laver, et que je devais râper la purée de soupe à travers une passoire. Aujourd'hui, la vie est devenue beaucoup plus facile, il y a les ordinateurs, la possibilité de travailler à distance depuis chez soi. Tout cela permet de créer des conditions dans lesquelles une femme peut s'occuper à la fois de son foyer et de sa famille, sans pour autant cesser de travailler et perdre sa valeur dans la société en tant que professionnelle.

"CE DONT NOUS AVONS BESOIN, CE N'EST NI D'UN LÉGALISME FROID NI DE LA PRÉSERVATION DE NOS PROPRES ARCHAÏSMES !"

 


- Ne pensez-vous pas que le dilemme "carrière ou famille" est typique des sociétés où l'État ne soutient pas directement les familles ?

- Oui et non ! C'est à la fois le déclin de la vision du monde de la grande Europe chrétienne, qui a piétiné les valeurs bibliques, et le dilemme d'une société capitaliste rigide. Lorsque l'État et les entreprises impitoyables ne veulent pas prendre le dessus, c'est précisément ce qui assure le plein développement de la société dans l'histoire. Cela dit, après la guerre, les pays européens, et notamment la France, étaient sans aucun doute sur la voie de la création d'un État-providence qui commence aujourd'hui à s'effondrer. Il s'agit d'un système d'avantages pour avoir plusieurs enfants, d'avoir des structures d'accueil pour les enfants, d'une imposition différente sur le même salaire si vous avez plusieurs enfants. C'était un gros gain, maintenant c'est la crise. Si vous prenez les grèves françaises (je ne prends pas les "gilets jaunes", il y a des motifs plus compliqués, mais avant cela dans d'autres protestations) - au premier plan il n'y a pas une question de salaires, et le paquet social, qui en France a toujours été très fort et très précieux pour le Français moyen. Aux États-Unis, par exemple, cette pratique n'existe pas, et il est donc particulièrement difficile là-bas de combiner famille et carrière prometteuse véritablement créative.

En Russie, nous souhaitons avoir des femmes talentueuses qui peuvent s'épanouir dans leur profession, mais qui, en même temps, ont une vraie famille et donnent naissance à des enfants. Sans cela, sans avoir des familles en bonne santé dans notre pays, même d'un point de vue purement rationnel, la province se dépeuplera, il sera impossible d'accroître la production, car vous ne trouverez pas de nouveaux travailleurs. Et un homme d'affaires avisé doit regarder vers l'avenir - notre pays possède la moitié des ressources mondiales, le plus grand territoire et seulement 2 % de la population. Et la lutte pour ce territoire se déroulera inévitablement. Il est donc nécessaire que notre territoire ne se dépeuple pas, qu'il y ait des travailleurs dans l'économie. En outre, la famille est la première et principale école de la vraie citoyenneté, une leçon de responsabilité, de devoir, de miséricorde et de pardon, d'indulgence envers les faiblesses, une école d'harmonisation des intérêts et des besoins.


"En Russie, nous sommes intéressés par le fait que des femmes talentueuses se développent dans la profession, mais en même temps pour que nous ayons de vraies familles, des enfants soient nés".



- La volonté de légiférer sur les droits et obligations, y compris dans la famille, dans les relations entre les sexes, par le biais de concepts juridiques - peut-être est-ce le résultat des traditions de l'Europe occidentale avec sa logique, sa scolastique, son droit romain ? Ne pensez-vous pas qu'en Russie, la culture est plus synthétique et que ces pratiques sont donc moins habituelles et moins acceptables ?

- Oui, notre culture est effectivement plus harmonieuse dans l'ensemble, même si nous ne devons pas fermer les yeux sur ses vices. Nous n'avons besoin ni d'un juridisme froid ni de la conservation de nos propres archaïsmes ! Et notre folklore, d'une part, montre l'idéal inatteignable et, d'autre part, est basé sur la réalité, c'est dans notre littérature une image nominale - "la fille de Turgenev", dévouée au devoir, aux idéaux, honnête, prête à tout partager avec un homme. Nekrasovsky "femme dans les villages russes" - un phénomène russe.

La vie est faite de différences. Aucune personne n'est dotée de tous les talents que Dieu peut lui accorder. L'un est fort, l'autre est charmant, le troisième est gai, l'un tire du feu, l'autre partagera le dernier, bien que lui-même soit faible : il faut tout ensemble, toute cette palette, elle ne fait que manifester tout ce dont Dieu a doté l'homme.

Il en va de même pour l'homme et la femme. Ils sont différents et il n'y a pas lieu d'en avoir honte. Sinon, on assiste à une sorte de stérilisation, une image stérile d'un homo amorphe, qui n'a pas de traits individuels, qui nie sa nature. Je ne dis pas que changer de sexe est une arrogance démoniaque.

- Les idées sur le genre, sur la politique familiale - la Russie d'aujourd'hui est extrêmement conservatrice et même réactionnaire aux yeux du courant dominant occidental sur ces sujets. Allons-nous continuer à diverger de l'Europe dans nos opinions sur ces questions ?

- Nous sommes les seuls qui, au niveau des autorités, du président et du parlement, ont déclaré ouvertement que nous défendons les valeurs chrétiennes et les valeurs traditionnelles en général. Lorsque le pape François est monté sur le trône papal, le président Poutine a été le seul à lui souhaiter de réussir à promouvoir les valeurs chrétiennes dans ses félicitations. Les félicitations des autres chefs d'État étaient comme s'ils élisaient un nouveau ministre ou le président de la fédération d'échecs.

Dans les pays européens, plus un seul fonctionnaire n'ose mentionner les valeurs religieuses en public. Seuls nos dirigeants n'hésitent pas à vénérer publiquement la Croix ! Je me souviens de l'homme politique italien, le ministre Rocco Butiglione, un catholique, qui, en 2004, a été harcelé et n'a pas été élu commissaire européen parce que, interrogé sur son attitude à l'égard de l'homosexualité, il a déclaré qu'en tant que catholique, il la considérait comme un péché, mais qu'en tant qu'homme politique, il protégerait par la loi les droits de tous. Cela ne vous rappelle-t-il pas les jours les plus sombres de la persécution communiste, lorsque toute déclaration dissidente d'un homme le privait de la possibilité de faire avancer sa carrière ? Et c'est très triste, parce qu'à l'époque de l'Union soviétique, nous pensions qu'à l'Ouest, il y avait la liberté de conscience, où l'on pouvait pratiquer les opinions que l'on voulait. Mais aujourd'hui nous y voyons une nouvelle forme de totalitarisme où les valeurs libertaires sont imposées comme les seules légitimes et civilisées. Tous les autres, de ce point de vue, sont un groupe marginalisé qui doit être condamné et persécuté.


"Valentina Ivanovna Matviyenko est à elle seule, excusez-moi, un réacteur nucléaire d'une telle ampleur qu'il fermerait une centaine d'hommes à la ceinture en termes d'énergie, de capacité à atteindre les objectifs".



"JE SUIS CONTRE DES MESURES AUSSI VIOLENTES QUE LES QUOTAS POUR LA PARTICIPATION DES FEMMES À LA POLITIQUE".

 

- Il existe suffisamment de pays dans le monde où les femmes sont véritablement confrontées à des difficultés d'accès à l'éducation et à l'emploi et subissent des violences. En effet, le féminisme se bat également contre cela.

- Le féminisme radical ne fait souvent qu'entraver la lutte contre les véritables violations des droits des femmes. Pour prendre un exemple, lors d'une session européenne du Conseil des droits de l'homme des Nations unies, des féministes ont un jour proposé une résolution contre l'exécution par lapidation des épouses adultères dans les pays musulmans. Au début, nous voulions tous le soutenir, mais nous avons été horrifiés lorsque nous avons lu à son sujet et nous l'avons mis de côté. L'argument avancé dans cette déclaration n'est pas qu'il s'agit d'une punition archaïque et cruelle datant d'une époque où tous les conflits entre les gens étaient résolus par le meurtre, ni que sa cruauté publique barbare est inhumaine, ni même que le principe d'égalité dans la punition d'un même méfait est violé. Dans cette déclaration de féministes européennes, l'adultère n'est pas du tout un crime ou une transgression et une femme a le droit de disposer librement de son corps et de sa sexualité même dans le mariage, c'est-à-dire qu'une épouse fidèle n'est pas meilleure qu'une épouse infidèle. Au lieu de condamner la cruauté barbare, la déclaration remet en cause les principes moraux en général ! En traitant le sujet de cette manière, aucun changement ne pouvait être apporté aux mœurs de ces sociétés. La véritable lutte contre la violence à l'égard des femmes fait même l'objet de préjugés.

Certes, il existe des abus et des négligences à l'égard des femmes dans le monde, et il est nécessaire de les défendre. Mais on ne peut pas envahir les fondements moraux et les traditions de toute société de manière aussi cavalière. Les féministes radicales nous privent absolument de la possibilité de proposer aux sociétés archaïques, sur une base saine, des pratiques plus conformes aux notions modernes de la vie. Cela doit se faire progressivement, en tenant compte des traditions de cette société. D'autant plus que déjà dans tous les pays du monde moderne, la tendance à l'implication des femmes dans la vie sociale et économique est imparable. Même dans les sociétés les plus archaïques, le pourcentage de femmes actives ne cesse d'augmenter, sans compter que les guerres produisent des veuves et des orphelins. L'évolution est en cours, mais elle doit se faire à son propre rythme dans des sociétés différentes.

- Pourquoi n'y a-t-il pas tant de femmes politiques en Russie, et verrons-nous davantage de femmes dans la sphère politique à l'avenir ?

- Pas beaucoup, mais ce qu'ils sont ! Valentina Ivanovna Matvienko est à elle seule, excusez-moi, un réacteur nucléaire d'une telle ampleur qu'elle ferait passer une centaine d'hommes sous la ceinture en termes de puissance, de capacité à atteindre ses objectifs et à comprendre le problème, d'efficacité et de capacité à sélectionner l'équipe ! Et la ministre Golikova, qui connaît par cœur tout notre budget pour un millier de pages ? De telles femmes sont difficiles à trouver. Je suis contre les mesures coercitives visant à impliquer les femmes dans la politique, telles que les quotas. Mais si une femme a du talent, si elle est douée pour quelque chose, il ne faut pas la décourager : c'est archaïque et contre-productif. Mais il est également vrai qu'une femme doit accorder plus d'attention à elle-même et à ses capacités, afin que les hommes comprennent que ce n'est pas un hasard ! Je pense qu'avec le déclin de la culture chrétienne, les hommes tomberont plus bas et les femmes avec leur instinct pour la continuation de l'espèce augmenteront leur rôle de gardiennes.

- Que souhaitez-vous à nos femmes pour leurs vacances ?

- Je souhaite que nos femmes restent avant tout des femmes - belles, gentilles, affectueuses, fortes, résistantes, celles qui sauront à la fois aider, réconforter et soutenir leur homme s'il est en difficulté ! Sur ce socle se tenait la femme russe dans la douleur et la joie, dans la paix et la guerre, et la Russie invincible, car telles sont nos femmes !

Et nos femmes russes qui sont mariées à des étrangers sont notre arme secrète en général. Elles sont capables de s'adapter même dans une culture étrangère, elles admirent tout le monde là-bas, elles maintiennent toujours dans leurs maris, dans leurs familles l'amour de la Russie.

***

Biographie

Natalia Alekseevna Narochnitskaya est une célèbre scientifique, personnalité publique et politique, idéologue orthodoxe. D. en histoire, diplômé summa cum laude du MGIMO, spécialiste des États-Unis, de l'Allemagne et des problèmes et tendances générales des relations internationales, parlant couramment l'anglais, l'allemand, le français et l'espagnol. De 1982 à 1989, elle a travaillé pour le Secrétariat de l'ONU à New York.

Narochnitskaya a largement contribué à la création et aux activités d'importants mouvements scientifiques et sociopolitiques - la cathédrale russe mondiale, la société impériale orthodoxe de Palestine, la fondation de l'unité des nations orthodoxes, la fondation du monde russe, et bien d'autres.

En 2003, elle a été élue députée de la Douma d'État de l'Assemblée fédérale de la Fédération de Russie de la quatrième convocation. Elle a été vice-présidente de la commission des affaires internationales de la Douma d'État, chef de la commission des droits de l'homme dans les pays étrangers et chef adjoint de la délégation de l'Assemblée fédérale de la Fédération de Russie auprès de l'APCE.

En 2008, Narochnitskaya est devenue directrice de l'Institut européen de la démocratie et de la coopération (Paris).

Depuis 2007, elle est la fondatrice et la présidente de l'organisation non commerciale Historical Perspective Research Foundation. L'un des principaux domaines d'activité de la Fondation est l'éducation, la défense et la promotion de la vérité historique dans l'évaluation des événements centraux de l'histoire nationale et mondiale.

Depuis 2009, il est membre de la Commission présidentielle chargée de contrer les tentatives de falsification de l'histoire au détriment de la Russie.

Depuis 2009, elle est membre du conseil inter-soeurs de l'Église orthodoxe russe.

Récompensé par des distinctions de l'église orthodoxe - l'Ordre de Saint Equal Apôtre Olga du 3ème degré de l'église orthodoxe russe, l'Ordre de Saint Velikomuchenitskaya Varvara de l'église orthodoxe ukrainienne du patriarcat de Moscou.

Auteur de "La Russie et les Russes dans l'histoire mondiale", "What and Withom We Fought", "The Partita of World War II", et "The Great Wars of the Twentieth Century". 

Articles en rapport