Les problèmes du mariage interethnique avec une femme russe en Suisse

Quelle est la situation du mariage interethnique en Suisse ? Nous avons demandé aux lecteurs de nous faire part de leurs expériences, et nous les en remercions vivement. Les mariages binationaux sont en hausse en Suisse, mais sont-ils protégés contre le divorce ? Et par rapport aux familles ordinaires ? .

Les problèmes du mariage interethnique avec une femme russe en Suisse

Les problèmes du mariage interethnique avec une femme russe en Suisse



Quelle est la situation du mariage interethnique en Suisse ? Nous avons demandé aux lecteurs de nous faire part de leurs expériences, et nous les en remercions vivement. 
Les mariages binationaux sont en hausse en Suisse, mais sont-ils protégés contre le divorce ? Et par rapport aux familles ordinaires ? 

"Vous pouvez être originaire du pôle Nord et votre partenaire du pôle Sud, et vous pouvez vous aimer à mort, ou vous pouvez naître dans la même ville et vivre comme un chat et un chien. Un de nos lecteurs nous a adressé ces mots, et ils nous ont paru dignes de les mettre au début de l'article et d'en faire une sorte d'épigraphe.

Il semble que beaucoup soient d'accord pour dire que le succès ou l'échec d'une relation dépend davantage des traits de personnalité que de la nationalité des partenaires. Ce n'est pas la couleur de leur peau ou la forme de leurs yeux qui importe, mais ce que l'on appelle communément la "gestion des conflits", en particulier la manière dont la communication est structurée au sein du couple et dont les partenaires abordent la recherche de solutions aux conflits qui surviennent. La culture et la mentalité jouent bien sûr un rôle propre et non négligeable, mais elles ne sont pas les seuls facteurs en cause.

Culture exotique


Le nombre de familles interethniques en Suisse a triplé au cours des trente dernières années. C'est ce que disent les statistiques, et il sait tout. En 2016, 15 100 mariages de ce type ont été enregistrés dans le pays, ce qui représente 36,3 % du nombre total de mariages conclus au cours de la période considérée. Environ un tiers de ces mariages se terminent par un divorce, le taux de divorce atteignant 50 % dans certains cantons. La croyance commune est que l'effondrement d'un mariage interethnique peut entraîner des conséquences plus dramatiques que d'habitude pour les anciens partenaires. C'est vrai ?

"Les relations dans un mariage interethnique constituent un sérieux défi, surtout si l'un des conjoints appartient à une culture dite "exotique"", explique Angelica Arvizu, divorcée. Elle a épousé un Suisse par amour, a fait carrière à Zurich et a eu un fils. Mais tout s'est écroulé après qu'elle ait emménagé dans la famille de son mari. Soudain, son partenaire suisse a commencé à la tromper de manière flagrante.

Avec le recul, elle dit aujourd'hui qu'il voulait apparemment divorcer, croyant qu'après cela il obtiendrait des droits parentaux exclusifs à l'égard de son fils. "J'ai épousé le "prince charmant" et il s'est avéré être un vrai monstre", dit A. Arvitsu. Elle a récemment quitté le Mexique pour revenir en Suisse, car il était temps pour son fils d'aller à l'université. Ce déménagement s'explique en partie par le fait que son père avait cessé de payer les frais universitaires pour l'éducation de son fils. C'est un problème qu'elle était déterminée à résoudre au tribunal.

La jungle législative


D'une manière ou d'une autre, les couples interethniques risquent d'être confrontés à des problèmes beaucoup plus graves que d'habitude, et tout commence par la langue. Il n'est possible d'obtenir une aide juridique appropriée que si l'on possède des compétences linguistiques suffisantes, et c'est dans les mariages interethniques que la langue peut devenir un problème sérieux pour l'un des conjoints. Katharina Stucki, avocate et avocate praticienne de Zurich, nous en parle. Elle-même est originaire du Brésil et doit souvent travailler avec des clients qui ne parlent que le portugais.

"La décision de passer à un format de "séparation", pour quelque raison que ce soit, qu'il s'agisse de divergences d'opinion sur certaines choses ou de différences culturelles, peut constituer un problème particulier pour les couples interethniques, différent de la "séparation" habituelle des partenaires suisses", explique K. Stucki. Et s'ils ont des enfants, le conflit peut devenir encore plus compliqué, surtout si l'un des conjoints décide soudainement de retourner dans son pays d'origine.

Selon le droit suisse actuel, un enfant ne peut déménager à l'étranger qu'avec le consentement de ses deux parents. Le cas où les parents refusent le consentement de l'autre conjoint est très fréquent en Suisse et peut s'apparenter à un enlèvement, avec tous les problèmes que cela comporte en termes de justice impartiale. Selon les autorités suisses, il y a jusqu'à 240 incidents par an en moyenne.

Il est utile de rappeler que la Suisse est signataire de la Convention de La Haye sur les aspects civils de l'enlèvement international d'enfants (Convention sur les aspects civils de l'enlèvement international d'enfants) du 25 octobre 1980. La Convention a pour objet d'assurer le retour rapide des enfants déplacés ou retenus illicitement dans un État contractant, et de garantir que les droits de garde et de visite prévus par la loi d'un État contractant sont effectivement exercés dans les autres États contractants. Pour la Russie, la Convention est entrée en vigueur le 1er octobre 2011.

"En Suisse, les dispositions de la Convention sont généralement mises en œuvre avec précision et dans les délais, ce qui n'est pas toujours le cas dans d'autres pays", déclare K. Stucki. "Le processus de retour d'un enfant du Brésil, par exemple, peut prendre des mois ou des années". Des problèmes similaires peuvent survenir même si les deux partenaires restent en Suisse. L'homme d'origine israélienne, qui a demandé à ne pas être nommé, affirme que son ex-femme suisse a interdit à ses enfants, lorsqu'ils ont eu 11 et 13 ans, de lui rendre visite, le vilipendant constamment à leurs yeux. Après un certain temps, il est devenu intolérant et a contacté le "Service national suisse de tutelle et de protection de l'enfant et de l'adulte" (Kindes- und Erwachsenenschutzbehörde - "KESB").

En conséquence, le juge a décidé qu'il avait des droits légaux de paternité, soulignant toutefois que les enfants étaient assez grands pour prendre leurs propres décisions, y compris en ce qui concerne les visites à leur père : s'ils le voulaient, ils venaient lui rendre visite, s'ils ne le voulaient pas, ils n'allaient pas le voir. "Ma position au tribunal était beaucoup plus faible, car tout s'est déroulé en allemand, qui n'est pas ma langue maternelle. J'exprimais mes pensées avec beaucoup de difficulté. Et, bien sûr, ce facteur a joué contre moi", dit l'Israélien. En fait, il est récemment devenu citoyen suisse et a fondé une nouvelle famille.

"Le divorce est une torture".


La gestion des problèmes financiers découlant du divorce est également beaucoup plus difficile pour ces couples. La résolution des litiges liés au paiement ou au non-paiement d'une pension alimentaire est plus difficile si les anciens conjoints vivent dans des pays différents. En outre, il est pratiquement impossible d'exécuter les décisions de justice suisses à l'étranger et vice versa. Par exemple, lorsqu'il s'agit de la pension alimentaire, de la division des biens et de la détermination du montant de l'avoir des conjoints, les différends peuvent porter sur n'importe quel aspect, par exemple, que faut-il compter comme revenu - le salaire plus la prime ou seulement le salaire ? Et la décision du juge suisse, comme mentionné, n'aura aucune incidence sur tous les biens détenus à l'étranger.

La même difficulté se pose lorsqu'un enfant déménage avec l'un des ex-conjoints dans un pays moins cher. Comme le souligne K. Sztuki, ce fait peut entraîner une diminution du montant des paiements pour l'enfant, car le juge est généralement guidé par le rapport réel des prix, des salaires et du coût de la vie, sur la base des données d'UBS (UBS Prices and EarningsLien externe).

Il existe souvent des situations objectivement injustes lorsque, dans un pays moins cher, un enfant est contraint de fréquenter non pas une école publique, dont le niveau et la qualité de l'enseignement ne correspondent parfois pas du tout aux normes éducatives des écoles publiques/municipales en Suisse, mais des établissements d'enseignement privés, ce qui entraîne des coûts supplémentaires, qui incombent désormais entièrement à la famille dans laquelle vit l'enfant.

K.T., citoyenne américaine, raconte que lorsqu'elle s'est séparée de son mari suisse, avec lequel elle vivait aux États-Unis avant de s'installer en Suisse, elle a dû consulter cinq spécialistes du droit de la famille à la fois. Ils se sont séparés en 2016, mais le divorce a laissé beaucoup de blessures dans son sillage. "Mon mari est millionnaire et je vis de l'aide sociale", raconte-t-elle à swissinfo.ch, accusant son ex-conjoint de cacher délibérément la taille réelle de ses avoirs.

"Les divorces suisses ne sont qu'une torture", ajoute-t-elle. - En Suisse, on vous fait payer presque chaque étape et vous êtes constamment harcelé par les terribles conséquences qui sont censées suivre ! Entre-temps, des agences de recouvrement me poursuivaient avec des comptes ouverts, que mon ex-mari refusait de payer. En tant qu'étranger, je ne comprenais rien à ce que contenaient tous ces documents juridiques, et j'ai terriblement souffert." Néanmoins, elle était "déterminée à se battre pour mes droits". Après tout, je suis un Américain !"

"Partir de zéro, encore moins que de zéro."


Le mariage est notoirement difficile, il faut se mesurer sept fois, mais de nombreux couples internationaux n'ont d'autre choix que de se marier à la hâte pour des raisons de statut migratoire, surtout si l'un des partenaires vient d'un pays situé en dehors de l'Union européenne ou de l'Espace européen de libre-échange (AELE). "En Suisse, les citoyens de ce que l'on appelle les "pays tiers" sont dans une situation complètement différente de celle des personnes originaires des États-Unis, du Royaume-Uni ou de l'Union européenne", explique Esther Hubacher.

Elle travaille pour l'agence de conseil bernoise Frabina, qui conseille les couples internationaux sur le mariage, le droit de la famille, les questions de migration et même le divorce. "Si une personne vient d'un "pays tiers", par exemple des anciennes républiques soviétiques, alors hélas, elle n'a tout simplement pas la possibilité de "tester" son partenaire et de vivre avec lui dans une sorte de format d'essai. Pour pouvoir vivre ensemble, ils doivent se marier. Point final ! Ils n'ont pas d'autres formes de vie commune." Et une telle précipitation peut être source de problèmes à long terme. 

"Si vous venez d'Allemagne, par exemple, vous avez moins de problèmes", confirme son collègue Hafed El-Badaoui, qui conseille les "clients" arabophones chez Frabina. - Vous parlez déjà la langue. Votre diplôme universitaire peut être reconnu très rapidement. Vous ne devez pas partir de zéro ou même moins que zéro. Mais si vous venez d'un "pays tiers", les choses sont plus compliquées.

Comme le souligne E. Hubacher, la Suisse déploie un effort important pour intégrer et soutenir les réfugiés. Les conjoints étrangers de ressortissants suisses ne font pas partie de cette catégorie et, souvent, personne ne s'occupe d'eux, ce qui peut les amener à se sentir presque isolés et dépendants de leur partenaire suisse. "Ils doivent commencer par apprendre la langue, reconnaître l'équivalence de leur éducation, trouver un emploi. Cela crée une inégalité objective entre les conjoints, qui exerce une pression négative supplémentaire sur le mariage en tant que tel", ajoute Hafid El-Badau.

Les conjoints suisses sont aussi parfois confrontés à de graves problèmes. Les normes culturelles qui sont d'usage pour les conjoints étrangers et qui régissent le comportement familial et les relations conjugales peuvent être très différentes de celles de la Suisse et des pays occidentaux en général. Le partenaire suisse, par exemple, peut ne pas vouloir passer toutes ses vacances dans le pays d'origine de son conjoint. En tant que principal "soutien de famille", il peut être agacé par l'inconduite volontaire ou délibérée de "l'autre partenaire", qui est habitué à un comportement différent dans des situations standard. Et si ces fautes entraînent également des pertes financières, par exemple sous la forme d'amendes pour stationnement et autres "péchés" ?

Le mariage au nom d'un "permis" ?


"La plupart des mariages mixtes sont en fait une forme de solution migratoire : se marier juste pour obtenir une 'permite'. La loi suisse est très naïve à cet égard", déclare Moha Monib, un lecteur de swissinfo.ch, et ces propos semblent refléter une opinion très répandue parmi nos utilisateurs. Le personnel de Frabina, en revanche, considère que ces cas sont plutôt l'exception.

Selon eux, il ne s'agit pas seulement de la précipitation à régler le statut migratoire de l'un des conjoints, mais aussi d'une trop grande différence d'âge, ou de l'absence d'une langue de communication commune, alors que les "mariages de complaisance" peuvent aussi se produire entre personnes de culture commune. C'est également le cas de Chadi Hamad, un Libanais qui a épousé une Suissesse et a obtenu la citoyenneté.

Lors d'une conversation téléphonique, il a déclaré que lorsqu'il a demandé le divorce, les autorités étaient ouvertement "sur le pas de ma porte". Ils ont dû penser que je me mariais juste pour avoir un passeport. Mais je suis désolé, obtenir la citoyenneté suisse n'est pas comme aller au kiosque à journaux pour acheter un journal. Alors pourquoi les autorités n'ont-elles pas eu de doutes sur moi et ma fiabilité alors que j'étais encore mariée ? 

 

Articles en rapport